des mystères du vieux saule

des mystères du vieux saule

Bouvier bernois

SOCIALISATION DU CHIOT

SOCIALISATION DU CHIOT





SOCIALISATION DANS LA MEUTE

 

La période de limprinting, dans la meute et dans la famille, est suivie par la phase dite de « socialisation ». Durant cette phase, dans la nature, le chiot commence à lier des rapports précis, d’abord avec ses parents et ses frères, puis avec le reste de la meute.

La phase de socialisation

Pendant cette étape, le chiot apprend :

- à créer des rapports corrects avec les membres de son espèce (on pourrait dire qu’il apprend les règles de la « politesse canine » plutôt complexes).

- à reconnaître leurs supérieurs hierarchiques et en apprenant comment se comporter à leur égard. Cette seconde phase est dite « d’ordre hiérarchique ».

Les deux phases commencent vers l’âge de huit semaines et durent jusqu’à seize semaines. Une phase successive, dite « d’ordre de la meute », permettra au chiot d’apprendre à gérer sa position hiérarchique au sein de la meute et non plus de sa seule famille ; en grandissant, il tentera de l’améliorer. En général, cette phase commence vers l’âge de cinq mois.

Recommendations

Pour avoir un chien bien socialisé, il faudra souvent le mettre en contact avec d'autres chiens, en particulier entre huit et douze semaines. Souvent, les propriétaires se demandent pourquoi leur ami à quatre pattes se montre agressif envers les autres chiens, même s’ils en rencontrent très souvent : en réalité, ce n’est qu’une question de temps. Si le chiot commence à rencontrer ses semblables après l’âge de trois mois, la période de socialisation normale sera terminée et les rapports seront encore plutôt difficiles.

Durant cette même période ( après trois mois), le chiot devra rencontrer le plus grand nombres de personnes possible. Rappelons que pour lui, tout le monde est « chien », c’est-à-dire faisant partie de son espèce, mais que les gens se comportent de manière très différente des « vrais » chiens : le chiot ne reconnaissant pas instinctivement ces comportements, il doit s’habituer à les comprendre.

Après les 5 premiers mois, un chien socialisé à l’âge adéquat aura plus de facilités à faire « ami-ami » ; cela ne veut pas dire qu’il ne se bagarrera jamais avec d’autres chiens, tant parce que les chiens très dominants auront toujours tendance à vouloir « mettre les pattes sur la tête » des autres (qui ne l’accepteront pas toujours) que parce que des conditions particulières (possessivité envers un objet, rivalité sexuelle, etc.) pourront déclencher une bagarre y compris entre chiens bien socialisés.

Toutefois, en socialisant le chiot, on évitera d’avoir un chien adulte qui se mette à gronder et à tirer sur sa laisse pour aller se battre dès qu’il aperçoit un congénère dans la rue, sans même savoir de quel sexe il est.
 SOCIALISATION MODE D'EMPLOI

 Il existe trois types de chiots : les timides (ou carrément trouillards), les simplement curieux et joueurs, les « gros bourrins ». Les trois ont besoin d’apprendre à mieux connaître le langage des chiens, pour des raisons différentes. Et le rôle du maître variera bien sûr selon la réaction du chiot. Il faudra encourager un chiot timide (sans le forcer non plus, lui laisser prendre son temps), et freiner les ardeurs d’un chiot brutal qui « harcèle » les autres sans prendre en compte leurs signaux d’apaisement ou de détresse.

 
LA SOCIALISATION EN VILLE

 

Bien souvent, c’est en ville que l’on trouve la plus grande densité de chiens. Mais en ville, c’est aussi là où il est le plus difficile de lâcher son chiot. Le réflexe de tout propriétaire bienveillant est donc de laisser son chiot approcher les autres chiens en laisse. En réalité, ce n’est pas une si bonne idée. On risque ainsi de lui apprendre deux choses :

- soit que quand il se sent en danger et veut fuir, il est coincé par la laisse. Il se retranchera donc dans la prostration ou dans l’attaque, selon le caractère du chiot.

- soit que pour accéder à l’autre chien, il peut tirer sur sa laisse, et le propriétaire suivra (et l’encouragera même : « Regarde, il y a un copain ! »). Après quelques semaines de ce régime, on obtient un chien qui tire comme un fou quand il voit un « copain ».

Pour les premiers contacts en extérieurs vous pouvez privilégier  une longue cordelette de 2 ou 3 m au collier quand vous êtes en ville, mais pas une laisse « flexi », qui maintient toujours une certaine pression et peut servir de fil à couper le beurre -ou la patte- si un chien se prend dedans). Dans tous les quartiers, il y a des rassemblements de chiens lâchés sur les places, dans des squares ou dans des parcs.

Enfin, vous pouvez vous inscrire à des cours d’éducation ou dans une école du chiot ( choisissez un club où les chiens ont le droit d’être lâchés ensemble même après leurs 6 mois). L’école du chiot est plus que bénéfique, mais à elle seule, elle n’est pas suffisante, car le chiot a besoin de se « frotter » à des chiens de tous âges afin de savoir communiquer correctement. Un adulte saura mieux le remettre à sa place en cas de besoin. Et s’il ne le fait pas, ce sera à vous de réagir afin de lui montrer les limites.
BIEN COMPRENDRE:


Une socialisation éffectuée correctement ne dépend pas uniquement de l'éleveur.


En effet, un chiot ne peut pas recevoir toutes les bases de l'éducation et de socialisation en seulement deux mois.


De plus, un chiot ne pouvant pas être vacciné avant l'âge de huit semaines, ne peut pas être en contact directe avec d'autres chiens ou personnes de l'extérieur parce qu'il n'est justement pas immunisé contre les maladies de Carré, Hépatite contagieuse, parvovirose, Leptospirose, etc...


Ce qui signifie qu'à l'acquisition du chiot,  le nouveau maître doit également poursuivre correctement son éducation et travail de socialisation en s'adaptant au caractère du chiot, en restant le plus disponible possible pour lui et en lui donnant les soins qui lui sont nécéssaires.


********************************